Previous Next
Suppression du livret de circulation

La suppression du livret de circulation en date de janvier 2017 entraine de ce fait la suppression de la commune de rattachement .

Pour les travailleurs indépendants des régularisations sont à prévoir en fonction de votre situation .

Voir le document ci joint et renseignez vous auprès d'Amitiés Tsiganes .

   synthèse loi de 2017

  avis aux travailleurs indépendants

Lire la suite
Exposition Francine Meyran

flyerfrancinemeyranEvénement  organisé par la ville de Nancy et 7 associations dont Amitiés tsiganes « Racines plurielles – Mémoire partagée »

consacrée à la mémoire des génocides du XXème siècle et des actes de haine d’aujourd’hui.

Exposition de Francine Meyran « Témoigner de ces vies – peindre la mémoire » 

Cette exposition sera visible du 24 septembre au 12 octobre dans le Grand Hall de l'Hôtel de Ville de Nancy (entrée Rue Pierre Fourier)  aux jours et heures d’ouverture de la mairie.

Lire la suite
4ème rencontre Tsigane à Sarrebourg

sarrebourg

 

 

 

 

 A partir de 14h  expositions , conteuse

concerts à partir de 20h30

Entrée libre : buvette et restauration sur place

Lire la suite

Nilvange : 20 nouveaux logements

article est républicain

Le projet de sédentarisation d’une vingtaine de familles sur la commune de Nilvange se concrétise enfin. Les maisons apparaissent et c’est le début d’une autre phase de ce projet pour Amitiés Tsiganes.

20180523 122559Les premières familles devraient emménager dans leur nouvelle maison début juin. C 'est Pauline Ben Mensour de l 'association Amitiés Tsiganes  qui accompagne les familles depuis quleques mois déjà dans les différentes démarches administratives ; elle a d'ailleurs élaboré "un guide pratique du premier logement " ; et la nouvelle vie de ces familles.

Suite à un premier diagnostic en 2007, l’association travaille depuis 2013, en partenariat avec la Communauté d’Agglomération du Val de Fensch (CAVF) et les services de l’Etat du département au bon déroulement du projet de sédentarisation d’une vingtaine de familles. Il fallait dans un premier temps maintenir les familles dans une dynamique de projet pour l’accession à un logement tout en améliorant leur condition de vie sur le terrain sur lequel ils vivent. Ces mois d’accompagnement ont été parsemés de projets divers, de naissance de nouveaux partenariats locaux, de réussites mais aussi de difficultés. La réussite d’un tel projet, demande la réunion d’une multitude de facteurs indispensables. La construction de vingt pavillons à destination de familles qui n’ont jamais vécu en maison ne peut pas arriver à son terme sans la coordination de plusieurs facteurs :

Une réelle implication politique, concrétisée sur le terrain par un élu présent à l’écoute des familles et de l’association tout en prenant en compte les freins liés à son statut, notamment l'intérêt  d’un tel projet auprès de l’assemblée d’élus, avec des conséquences financières importantes sur la collectivité20180523 122802

Un bailleur social, (l‘OPH Portes de France), volontaire pour développer une construction d’une telle envergure qui a su associer les familles en les rencontrant pour mesurer leur besoin, leurs envies, en les mettant en lien avec les limites liées à l’urbanisme, au budgétaire et autres données.

Un engagement financier et technique de l’Etat et de ces différents services (DDCS, DDT…), qui doit faciliter la mise en œuvre de tous les éléments du projet et fédérer les partenaires.

Des familles motivées qui doivent rester conscientes des nombreux freins qui ponctuent le bon déroulement de cette entreprise.

Et enfin, une cohésion de tous ces intervenants dans laquelle, l’association doit trouver sa place, pour mener à bien ses missions d’accompagnement social, de médiation, de personne ressource pour chacun des intervenants. Aujourd’hui la phase de préparation d’entrée en logement est démarrée, les familles voient concrètement sortir de terre leur futur habitat et de fait tout se bouscule. Abandonner la caravane, devenir locataire, avoir une vraie adresse, et devenir citoyen d’une commune « pour de vrai », ça fait du bien, mais ça peut effrayer aussi. Le  rôle de l 'association  est désormais d’amorcer ces changements, les rassurer, les informer, faciliter la métamorphose de leur habitat en tenant en compte des difficultés et des forces de chaque partenaire en relation directe avec leur situation et la projection qu’ils font de cette future vie.